Virus EBOLA

Informations et liens utiles :

CDC : http://www.cdc.gov/vhf/ebola

Institut Pasteur : http://www.pasteur.fr/ip/easysite/pasteur/fr/sante/centres-nationaux-de-reference-et-centres-collaborateurs-de-l-oms/cnr-et-ccoms/cnr-ccoms-des-fievres-hemorragiques-virales/identite-et-coordonnees


Maladie à virus Ebola : informations à destination des professionnels de santé

11/08/2014

En situation d’épidémie dans une zone géographique identifiée (jusqu’à ce jour toutes les épidémies ont eu lieu en Afrique), le risque de survenue, en France, d’un cas importé maladie à virus Ebola devenant symptomatique dans les 3 semaines qui suivent le retour est jugé faible mais ne peut être totalement exclu.
L’existence d’une épidémie dans une zone géographique identifiée ne doit pas faire oublier que d’autres pathologies infectieuses fébriles peuvent se déclarer au retour avec une probabilité supérieure à celle de la maladie à virus Ebola.

Lire la suite


Fièvre hémorragique virale (FHV) à virus Ebola - Point de situation au 10 juin 2014

10/06/2014

Le 22 mars 2014, le ministère de la santé guinéen a notifié à l’OMS une épidémie de fièvre hémorragique virale (FHV) liée au virus Ebola, souche « Zaïre », dans le sud de la Guinée. Depuis le début de l’année 2014, des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont rapportés  en Guinée forestière, au sud-est du pays, épicentre de l’épidémie (à Gékédou, Macenta et à Kissidougou)), dans trois districts du Haut-Guinée (Diabola, Dinguiraye et Kouroussa) et en Guinée maritime, à Conakry, capitale du pays et plus récemment dans les préfectures de Télimélé et Boffa. Depuis fin mars, le Liberia et la Sierra Leone rapportent aussi des cas et décès liés au virus Ebola.
Lire la suite


Conduite à tenir autour des cas suspects de fièvre hémorragique à virus Ebola

11/04/2014

Depuis début 2014, des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola (FHV Ebola) sont rapportés dans trois pays d’Afrique de l’ouest. Le virus Ébola se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage par transmission interhumaine, notamment les fluides biologiques, avec une forte létalité.
En l’absence de traitement spécifique ou de vaccin, le respect de mesures de protection est le seul moyen de prévenir l’infection.
Le HCSP a pris en compte le contexte épidémiologique, les aspects cliniques et biologiques des FHV Ebola, le niveau de contagiosité et les principaux diagnostics différentiels à évoquer. Il rappelle les modalités de validation des cas et l’importance de l’application des précautions d’hygiène standard chez tout patient.
Lire la suite